Bandeau
Nivillac Cap Avenir
Cap sur 2020

Site associatif de soutien des élus de la liste "Nivillac Nouveau Cap". Espace qui permet de rendre compte de leurs expériences dans la vie de la commune et de promouvoir de nouvelles idées.

EIFFEL, HÉROS LOCAL MALGRÉ LUI
Article mis en ligne le 23 juin 2015

par Pierre Prat
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Lors du dernier conseil municipal, Gustave Eiffel s’est invité à la table des débats. Il avait déjà fait une première apparition lors du conseil d’avril, où son nom était proposé pour une des futures rues du Lotissement du Vieux Pont. J’avais objecté alors, que contrairement à la légende locale, Gustave n’était en rien responsable de la construction du pont métallique sur la Vilaine, en 1911. En attribuant ce nom à une rue, on ne ferait que renforcer cette falsification de l’histoire. Sur le moment, mes arguments ont porté et le conseil a demandé que ce nom, en fait proposé par le promoteur, soit changé. D’autres noms, bien plus appropriés ont été suggérés, comme Rue du Bac ou Rue de la Passerelle.
Le pont de 1911 a en fait été construit par l’ingénieur Henri Daydé, patron de l’entreprise Daydé et Pillet. Non seulement, il n’avait aucun rapport avec Eiffel, mais c’était son concurrent direct ! Daydé est notamment l’auteur du Grand Palais à Paris (excusez du peu...). Il a cependant le tort d’être plus modeste et donc moins connu que son confrère Eiffel, qui s’est attribué plusieurs constructions prestigieuses dont il n’était pas le concepteur (décidément...).
Plus anciennement, l’ingénieur Leblanc aurait encore davantage mérité de passer à la postérité. Il était l’auteur du premier pont de La Roche Bernard, construit en 1839, qui fut le premier pont suspendu de France avec une travée aussi longue. Il a détenu ce record assez longtemps *. Il était aussi l’architecte des fortifications de Paris.
Malgré cette décision du conseil d’avril, la rue Gustave Eiffel a de nouveau été proposée lors du conseil de juin, à notre grand étonnement. Cette fois-ci, malgré un nouveau débat, le nom a été adopté. Nous avons adressé ensuite une lettre de protestation à l’adjoint en lui demandant de revoir ce vote. La réponse orale suivante nous a été faite : « Ce qui est voté est voté, on ne revient pas là-dessus ».
Donc, en résumé : ce qui est voté la première fois ne compte pas, mais ce qui est voté la deuxième fois... compte et on n’y revient pas. Le code des communes a de ces subtilités qui risquent de m’échapper encore longtemps. Le conseil de légalité de la Préfecture, que nous avons saisi sur ce sujet a, à peu près, fait la même réponse (dictée sans doute par la mairie) « Il s’agit bien d’une nouvelle délibération, qui annule la première ».
Faut-il comprendre que toute délibération peut se voir annuler par une autre consacrée exactement au même sujet (c’est bien le cas ici) ? De ce fait, pourquoi voter ?

Voyant sans doute qu’ils faisaient fausse route avec le pont de 1911, un nouvel argument en faveur de Gustave a été proposé par les « spécialistes » à l’origine de cette lumineuse idée : les rivets utilisés sur le pont actuel de La Roche auraient été « conçus par Eiffel », en oubliant les milliers de forgerons qui ont battu des rivets depuis la nuit des temps.
Quant au promoteur, comme ses nombreux collègues, il a confirmé qu’à Nivillac le promoteur propose et le conseil dispose !

* Ceux qui en veulent en savoir plus trouveront l’ouvrage complet de Leblanc consacré à la construction du pont, sur ce lien :
https://books.google.fr/books?id=S2...


Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.59
En 2018, nous avons toujours besoin de vos dons. Adhérez à l’association "Nivillac Cap Avenir" et vous serez les premiers informés.