Bandeau
Nivillac Cap Avenir
Cap sur 2020

Site associatif de soutien des élus de la liste "Nivillac Nouveau Cap". Espace qui permet de rendre compte de leurs expériences dans la vie de la commune et de promouvoir de nouvelles idées.

NOSTRADAMUS
Article mis en ligne le 17 avril 2015

par Groupe NNC
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Après un an de mandat municipal, force est de constater que nous avions annoncé trois évènements que l’on voit, hélas, se confirmer :

  • un taux d’endettement critique entraînant des mesures d’économies draconiennes,
  • le report de la construction de l’école publique à de lointaines échéances, faute de budget (nous avions parlé de 2018, mais même cette date n’est plus évoquée par le maire),
  • une augmentation significative des impôts locaux

Bien entendu, élections obligent, le maire a tout fait pour combattre nos arguments, notamment lorsque nous l’avons interpellé lors de sa réunion publique au Forum.

Quant au maire sortant, il osait déclarer lors de sa dernière cérémonie des vœux :
« La dette, que j’assume, se monte à 1 500 € à l’habitant mais avec une réserve foncière de 35 ha couvrant 2 800 000 € de la dette, le solde est ramené à 890 € par habitant »

Depuis, plus personne ne parle des réserves foncières dont la valeur annoncée était toute virtuelle, et l’endettement par habitant, bien réel celui-là, est de 1720 €. Mais le doute était semé dans les esprits et le but atteint…

En fait, il n’était pas nécessaire de jouer les Nostradamus pour anticiper sur la situation financière actuelle de la commune. Il suffisait de se pencher un tant soi peu sur les chiffres, ce que nous avions fait avec l’aide de plusieurs spécialistes des finances communales.

Lorsqu’il nous arrive de rappeler ces dérives en réunion de commission ou conseil, on ne cesse de nous opposer qu’il faut tirer un trait et que "le passé est le passé", manière de se dédouaner en faisant preuve d’amnésie totale, rappelons-le, quant à la large participation, active ou passive, d’une bonne partie du groupe majoritaire à ce fiasco. Certes, on ne peut en permanence ressasser le passé, mais on ne peut non plus empêcher qu’il nous revienne à la face comme un boomerang, la plupart des décisions difficiles, actuelles et à venir, en étant la conséquence directe.

Nous sommes maintenant réduits à une gestion de crise empêchant non seulement tout projet ambitieux, mais plus grave, à revoir nos services à la population. Nous aurons l’occasion de revenir sur la politique culturelle voulue par l’ancien maire et dont on s’aperçoit qu’elle était démesurée pour une commune comme Nivillac.

Les taux d’imposition vont augmenter de 10,9 %, soit 0,9% d’augmentation automatique des bases d’imposition + 10% par décision du conseil. La suggestion de la comptable publique de relever progressivement les taux par tranche de 5% n’a pas été suivie. Il faut croire qu’il y avait péril en la demeure. Nous avons voté contre cette augmentation massive, même si nous sommes conscients de la nécessité de rétablir nos finances. On a eu beau jeu de nous rappeler qu’avec ces nouveaux taux, nous restions en dessous des moyennes d’imposition des communes de même strate, ce qui est vrai. Cependant, une augmentation progressive en prévision de nos échéances d’emprunts aurait été bien plus responsable que d’infliger à la population une hausse moyenne des impôts locaux de 70 € par foyer. À noter que malgré la baisse des dotations de l’État, la totalité des communes de la grande région a pu appliquer des hausses raisonnables ne dépassant pas 3% dans la majorité des cas.

Gilles Servant souligne par ailleurs (rubrique Forum) nos très faibles marges de manœuvres pour 2016, l’essentiel de nos réserves ayant été imputé dans le budget primitif 2015. On peut, en toute légitimité, se poser la question d’une nouvelle hausse d’impôts, faute d’autres solutions.

Nous ne sommes pas seuls à sembler pessimistes, puisque la note de synthèse du budget prévisionnel ne prévoit pas de ventes de lots dans l’année à venir (47 disponibles), ventes qui auraient pu nous apporter une bouffée d’oxygène. Quant à celle de nos bâtiments patrimoniaux, elle reste des plus hypothétiques en cette période de marasme immobilier.

Notre groupe a, en toute logique, voté contre le budget présenté, après la déclaration préliminaire suivante :

« Ce budget de crise aurait du être basé sur une vision à moyen et long termes des échéances financières, comme nous l’avions suggéré, et une remise à plat du fonctionnement de l’ensemble des services communaux à laquelle le conseil aurait pu être associé.

Au lieu de cela, nous constatons des décisions prises à la hâte, dictées par l’urgence, comme le non renouvellement de la convention avec les CMR ou la mise en vente du patrimoine communal, au détriment des services rendus à la population.

L’augmentation substantielle des impôts locaux que vous avez décidée va affecter le budget des ménages nivillacois. Vous ne dites rien, par ailleurs, de ce qui les attend dans les années à venir.

Pour ces raisons et du fait que nous ne pouvons cautionner une situation due essentiellement à des dérives dont vous êtes en grande partie responsables, nous voterons contre ce budget.

Nous demandons que le vote ait lieu à bulletin secret »

Sans surprise, le budget a été voté à 19 voix pour et 5 contre. Il faut croire que les nouveaux élus du groupe majoritaire, à défaut de les approuver, se sentent totalement solidaires des décisions passées.


Forum
Répondre à cet article


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2
En 2018, nous avons toujours besoin de vos dons. Adhérez à l’association "Nivillac Cap Avenir" et vous serez les premiers informés.