Bandeau
Nivillac Cap Avenir
Cap sur 2020

Site associatif de soutien des élus de la liste "Nivillac Nouveau Cap". Espace qui permet de rendre compte de leurs expériences dans la vie de la commune et de promouvoir de nouvelles idées.

Les finances locales : Article Echo de la Presqu’île guérandaise du 6 mars 2015
Article mis en ligne le 7 mars 2015
dernière modification le 25 novembre 2015

par Groupe NNC
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

LE PAYS DE VILAINE VENDREDI 6 MARS 2015

NIVILLAC
Débat d’orientations budgétaires

Des économies et pas seulement !

Ce n’est pas nouveau. La situation financière de la commune est particulière-ment difficile. Lundi 2 mars, au cours de la séance de conseil municipal, le débat d’orientations budgétaires a été l’occasion pour le maire, Alain Guihard, et son adjoint aux finances, Guy David, d’annoncer un sérieux tour de vis pour le prochain exercice. Et pas qu’un peu. Les élus nivillacois sont prévenus.

Moins de rentrées
Il y a d’abord les rentrées d’argent qui vont échapper à Niviliac. « En 2015, la commune va une nouvelle fois participer au redressement des finances publiques et perdre ainsi 61 470 « supplémentaires de dotations, après avoir perdu 24 927 € en 2014 », a rappelé l’adjoint aux finances. L’année 2015 sera également marquée par l’abandon par l’Etat de l’instruction des documents d’urbanisme, ce qui va générer pour la commune un coût supplémentaire de 20 000 € du fait du transfert de cette compétence à Vannes Agglo. Liés à la mise en service des nouveaux équipements mai¬rie et médiathèque, les frais de fonctionnement vont être accrus, tout comme les charges de personnel. Il s’agit du recrutement d’une personne supplémentaire pour la médiathèque, laquelle va occasionner une dépense de 26 000 €, et la revalorisation obligatoire de certains salaires.

Augmenter les impôts
« En raison de l’endettement de la commune, les marges de manœuvres sont très faibles. C’est la raison pour laquelle il faut réduire certaines dépenses de fonctionnement et rechercher des recettes nouvelles », a poursuivi Guy David. Ces dernières passeront par des économies à réaliser : 15 000 € à récupérer au niveau du CCAS, 10 000 € à l’école de musique, 17 000 € qui ne seront pas versés à Arc Sud Bretagne au titre des ordures ménagères et 26 000 € du fait de la fin de la compétence « incinérateur » au titre du Sivom. Les services de la mairie devront aussi ’faire un maximum d’économies sur le fonctionnement, sachant que certains frais sont incompressibles. Ces petites économies seront loin de suffire. Peu optimiste quant à une vente rapide des bâtiments communaux, Alain Guihard ne voit pas d’autres solutions que d’augmenter les impôts locaux. Nadine de Vettor, comptable des Finances publiques avait suggéré 5 % par an, sur trois ans. Nous déciderons au cours du conseil municipal, â l’occasion du vote du budget*. Et le maire de rappeler : « A Niviliac, les bases d’imposition sont très inférieures à la moyenne départementale, environ 25 %. Soit quelque 100 < de moins que dans d’autres communes de la même strate ». Cet argument suffirait-il à faire accepter une augmentation de la taxe d’habitation jusqu’à 10 % ? La réponse sera donnée à l’occasion du conseil municipal du mardi 7 avril.
Jane Rivereau

"On est au pied du mur", estime l’opposition

L’opposition municipale s’inquiète de « Ia situation des finances communales particulièrement grave », qui est, selon elle, « le résultat de l’extrême légèreté de l’ancienne équipe municipale dont 13 des actuels conseillers sont issus ». A Niviliac, la dette communale par habitant (l 621 € fin 2013) est deux fois supérieure à la moyenne départementale, qui est de 814 € alors que le niveau d’investissements est bien inférieur à ta moyenne départementale des communes de la même strate.

Pour les cinq élus de l’opposition, « la seule baisse annoncée des subventions de l’Etat n’est pas la cause de cette situation car toutes les communes sont concernées ». La mise en vente de quelques biens communaux ne suffira pas à renflouer les caisses, d’autant que la conjoncture ne porte pas à l’optimisme.

Conseiller municipal de l’opposition, Pierre Prat s’inquiète d’une inévitable hausse des impôts locaux qui pourrait aller jusqu’à 10 voire 12 %. « C’est l’an¬nonce qui a été faite lors de la dernière réunion de la commission finances dont je suis membre », il est vrai que les impôts nivillacois sont un peu inférieurs à la moyenne départementale, mais cela ne suffit pas à rassurer les opposants. Pierre Prat s’inquiète parallèlement d’une possible diminution de 3% de l’ensemble des budgets de fonctionnement des services. « Espérons que les services municipaux auront encore les moyens d’accomplir leurs missions au quotidien ».
J. R.

}


Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.78
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2
En 2018, nous avons toujours besoin de vos dons. Adhérez à l’association "Nivillac Cap Avenir" et vous serez les premiers informés.