Bandeau
Nivillac Cap Avenir
Cap sur 2020

Site associatif de soutien des élus de la liste "Nivillac Nouveau Cap". Espace qui permet de rendre compte de leurs expériences dans la vie de la commune et de promouvoir de nouvelles idées.

DÉLIBÉRATION SUR LE PROJET ÉCOLE : LE MAIRE DÉSAVOUÉ PAR SA MAJORITÉ
Article mis en ligne le 16 février 2018

par Groupe NNC
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Lors de la séance du conseil municipal d’hier soir et du débat portant sur l’approbation du projet actuel de construction du groupe scolaire public, nous avons continué à défendre avec force l’abandon du projet actuel en faveur d’un nouveau projet recentré dans notre bourg, permettant une économie de plus d’1 millions d’euros. Aucun argument ne nous a été opposé cette fois-ci, et surtout aucun de nos chiffres remis en question. Nous avons eu beau jeu de marteler que pour quasiment le budget de la première tranche proposée par le maire, nous pouvions construire la totalité du groupe scolaire en énergie passive, nous nous sommes heurtés à un mur d’indifférence.
Le seul argument objecté par la majorité a été celui du retard pris par la construction si nous devions repartir sur un nouveau projet. Nous avons alors rappelé que, quoiqu’il arrive, le groupe élémentaire n’était pas près de s’installer dans des nouveaux locaux. Le maire n’a pu en effet préciser de délai pour la deuxième phase de travaux, en l’état actuel de nos finances. On peut évoquer l’horizon 2021/2022, sans aucune certitude cependant. Nous avons aussi souligné que cette urgence tant invoquée relevait surtout d’une promesse de campagne de sa liste, ce qu’il n’a pas réfuté.

Comme lors de la séance du 23 octobre dernier, nous n’avons pu obtenir le vote à bulletin secret. Par contre, nous avons, non sans difficultés, obtenu un vote en trois parties : la première sur l’approbation du projet global et du budget estimatif correspondant communiqué dans la note de synthèse, la deuxième sur le phasage éventuel du projet et la troisième sur les demandes de subventions.

Comme nous nous y attendions, nous n’avons pas réussi à infléchir le groupe majoritaire, pourtant les résultats du vote à la première question, la plus importante, ont été surprenants à bien des égards.

À la question suivante posée par le maire (selon enregistrement) :
« Nous votons sur le projet global, c’est à dire la validation du projet tel qu’il est présenté. Qui est contre ? »

  • - 6 conseillers ont voté contre (notre groupe et une adjointe)
  • - 8 conseillers se sont abstenus.

Sur les 26 conseillers présents ou représentés, seuls 12 ont donc approuvé le projet actuel défendu par le maire. C’est certes une victoire en terme de voix, mais tellement réduite qu’il n’a pas lieu de s’en réjouir.
Ainsi un projet de 6 millions d’euros TTC engageant notre commune pour des décennies a t-il été décidé par 12 conseillers municipaux sur 26 présents ou représentés.

On pourra longuement épiloguer sur les motivations des abstentionnistes, tous issus de la liste majoritaire. On peut simplement observer que seuls deux conseillers, dont c’est le premier mandat, ont voté pour alors que 6 s’abstenaient et une votait contre. Les deux autres abstentionnistes sont deux conseillères de l’ancienne mandature, qui ont donc modifié leur position puisqu’elles avaient voté le projet en 2011.

Il est bien dommage cependant que ces 8 abstentionnistes, qui refusent ce projet pour des raisons sans doute différentes, n’aient pas été au bout de la démarche. En votant de cette façon, ils savaient que le projet serait validé. Mais peut-être, n’ont-ils pas voulu désavouer totalement le maire, avec la crainte d’une éventuelle démission ? Montrer son désaccord, oui, provoquer un séisme municipal, non. Il nous semble cependant évident qu’un résultat aussi peu glorieux devrait en toute logique conduire le maire à quitter ses fonctions. Il en reste évidemment le seul juge.

De façon assez contradictoire, la deuxième question portant sur le phasage a recueilli un accord sur le lancement de la tranche ferme (maternelles et espaces communs) par 16 voix pour, 5 abstentions et 5 contre. Peut-être une façon pour certains de ne pas s’opposer au principe de construction d’une école, par ailleurs indispensable.

Deux informations importantes ont été communiquées par le maire et l’adjoint aux finances lors du débat :

• La commune de La Roche Bernard n’a pour l’instant pas évoqué de participation financière au projet (elle ne figure pas dans le plan de financement alors que leur position contre un projet dans le bourg était un des principaux arguments du maire lors du débat sur l’emplacement). Une réunion entre bureaux municipaux devrait avoir lieu prochainement au cours de laquelle le maire de La Roche devrait présenter la « position de sa commune votée à l’unanimité lors du conseil de décembre dernier ». Celle-ci a déjà été communiquée en préfecture.

• Le financement de la première phase de travaux nécessite de contracter un emprunt de 2 M€. Alors que notre endettement était tombé à 1236 €/habitant (ce qui demeure important) au 1er janvier 2018, il devrait remonter à 1560 €/habitant au 1/1/2019. Autant dire que l’on n’est pas près de voir le bout du tunnel.

Notons enfin une phrase d’une conseillère majoritaire qui résume bien l’état d’esprit de ceux qui gèrent les affaires de la commune depuis si longtemps :
« … Ils (les enfants) seront heureux d’avoir une école, quel que soit le prix à mettre. »

Nous joignons à cet article, le court texte de notre déclaration avant les votes.

Nivillac Nouveau Cap


Forum
Répondre à cet article

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2
En 2018, nous avons toujours besoin de vos dons. Adhérez à l’association "Nivillac Cap Avenir" et vous serez les premiers informés.