Bandeau
Nivillac Cap Avenir
Cap sur 2020

Site associatif de soutien des élus de la liste "Nivillac Nouveau Cap". Espace qui permet de rendre compte de leurs expériences dans la vie de la commune et de promouvoir de nouvelles idées.

ARTICLE OUEST-FRANCE : COPIE À REVOIR, MONSIEUR LE MAIRE !
Article mis en ligne le 9 février 2018

par Groupe NNC
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Dans l’article Ouest-France du 5 février consacré à l’annulation de la délibération du 23 octobre dernier sur l’emplacement du groupe scolaire, la parole est donnée au maire. Visiblement à bout d’arguments, le premier édile en est réduit à énoncer un tissu de contre-vérités. Bien entendu, aucun droit de réponse ne nous est possible, aussi devons-nous ici rétablir la vérité point par point sur ses affirmations.

Monsieur le maire,

Nous reprenons vos propos parus cités dans Ouest-France du 5 courant :

• « Il n’est pas question d’un nouvel emplacement. Celui retenu… a déjà été validé et voté par le conseil. »
On suppose que vous faites allusion ici à la première délibération, celle de décembre 2011. Pourquoi alors avoir inscrit lors du conseil du 23/10/2017 une délibération susceptible justement de remettre en question le nouvel emplacement ? Un pas en avant, un pas en arrière. Quant à celle de décembre 2011, il est clair qu’elle n’avait pas lieu d’être puisque les conseillers ont voté un projet dont ils savaient fort bien qu’on ne pourrait en assurer le financement avant bien longtemps. L’avenir l’a prouvé. Elle n’aura servi qu’à désigner l’architecte, bien prématurément, avec les inconvénients entraînés par la durée de sa mission (6 ans et plus !).

• « On nous accuse d’un montant de près de 5 M€ TTC ». Vous devez avoir mal lu notre document comparant les budgets des deux projets, envoyé à l’ensemble du conseil dont vous-même. Nous annoncions un coût estimé du projet actuel de 5 M€ hors taxes actualisé à novembre 2017*. Et encore, faudrait-il ajouter les inévitables plus-values qu’entraînera la deuxième tranche de travaux à l’horizon 2022/2024. Ce sera à la prochaine municipalité de faire les additions !
* Nous recevons ce jour des services de la mairie la nouvelle estimation qui sera débattue lors du conseil municipal du 15 février : 5,117 M€ hors taxes.

• « …la minorité a un projet à 4 M€ (merci pour la pub au passage) (qui) se base sur une construction type accueil de loisirs alors que les normes au niveau scolaire sont plus draconiennes, ce qui explique un surcoût. »
Non seulement, vous nous lisez mal, mais vous ne nous écoutez pas. Nous avons pourtant bien précisé, notamment en conseil, que les coûts estimés sur lesquels nous nous basons pour un nouveau projet avec bâtiments à énergie passive, ont bien entendu été adaptés à un groupe scolaire. Ce n’est pas de notre côté qu’il faut chercher les approximations.
Le centre de loisirs de Rieux (ouvert en 2016) a été construit en énergie passive pour un prix de revient de 1170 € H.T le m2. L’architecte, auteur de ce centre, nous a indiqué que les coûts actuels estimés pour une école à énergie passive sont entre 1300 et 1800 € le m2 selon le type de matériaux et de finitions choisis. Quant au pourcentage d’honoraires de maîtrise d’œuvre, il est actuellement en moyenne de 8,5 % (contre 11,74 % négociés avec le cabinet Pellegrino en 2013).
Par honnêteté intellectuelle, notre comparatif comporte donc deux simulations, l’une à 1500 € le m2 , l’autre à 1600 € le m2, hors taxes. Nous partons dans l’hypothèse raisonnable de finitions correctes sans être luxueuses (contrairement à la proposition actuelle). De plus, nous avons estimé le pourcentage d’honoraires à 10%, pour avoir de la marge.
Nous estimons donc qu’un nouveau projet, basé sur les mêmes surfaces, coûterait 3,8 M € dans l’hypothèse haute. Le tout en énergie passive.

Ce sont bien ces éléments de calcul qui nous permettent d’affirmer que nous pouvons économiser pas loin d’un million d’euros H.T. sur le projet actuel tout en tenant compte des sommes déjà engagées, sur celui-ci ! Il faut noter que l’adjoint aux finances n’a pas contesté ces chiffres pour l’instant.

• « L’emplacement choisi est tout proche de la salle des sports… etc. »
Effectivement, mais il est surtout loin du Forum, de la médiathèque, du centre de loisirs (ALSH et CAEM), de la maison de l’enfance et de la mairie, des terrains de sports… et des commerces du centre-bourg qui ne pourront donc pas bénéficier de cette clientèle. De plus, actuellement, environ la moitié des élèves des Petits Murins doivent se rendre à la salle des sports de la Croix Jacques, faute de disponibilité suffisante à la salle intercommunale.

• « …une école similaire établie sur une commune du secteur, avec huit classes se chiffre à près de 5 M€. »
Lors de la réunion avec l’architecte, vous avez utilisé le même argument, en précisant qu’il s’agissait du projet de Questembert.
Libre à cette commune d’investir de telles sommes…si ses finances le lui permettent (notons qu’en fait ce projet très ambitieux se montera à 9 M€ au final). Pour vérifier cela, comparons un indice assez révélateur de l’endettement de chaque commune : la capacité de désendettement. Elle est de 3,3 ans pour Questembert, contre 12,5 ans pour Nivillac (chiffres 2015), avec une annuité globale inférieure de 200 000 € à celle de Nivillac et une population de 7400 habitants.
Il est par ailleurs étonnant que vous preniez l’exemple d’un projet coûteux, et par contre, oubliiez de parler de l’école publique de Missillac (que nous avons citée lors des débats) qui pour un projet de 11 classes avec bureaux et autres espaces (sans restaurant scolaire) + rénovation d’un bâtiment de 1000 m2 annonce seulement 2,3 M€ H.T. de coût de travaux ! Il est vrai qu’à Nivillac, nous avons toujours vécu au-dessus de nos moyens, notre situation financière l’atteste. Pourquoi changer ?

Enfin, dire que « …si l’on abandonne le projet actuel, ce dernier prendra deux ans de retard… » n’a pas de sens puisque avec le phasage que vous proposez (et qui semble inévitable si l’on construit dès cette année) le groupe élémentaire ne verra le jour au mieux qu’en 2022/2023, soit 12 ans après le premier vote !

Bref, copie à revoir entièrement, monsieur le maire.

Annuler le projet actuel et relancer un concours de maîtrise d’œuvre pour un bâtiment économe en énergie permettrait de repartir du bon pied et sans doute, selon notre examen du tableau des emprunts, de construire l’ensemble du groupe en une seule tranche.

En fait, il paraît de plus en plus évident que vous « campez sur vos positions » (selon le titre d’Ouest-France), pour deux raisons principales :

• ne pas renier votre seule promesse de réalisation pendant la campagne des municipales,
• ne pas concurrencer l’école Saint-Louis.

Monsieur le maire, revoir votre position vous honorerait. Non seulement vous ne perdriez pas la face, mais vos administrés vous seraient reconnaissants d’adopter une décision responsable à tous points de vue.

Nivillac Nouveau Cap
https://www.ouest-france.fr/bretagn...
https://www.ouest-france.fr/bretagn...


Forum
Répondre à cet article

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2
En 2018, nous avons toujours besoin de vos dons. Adhérez à l’association "Nivillac Cap Avenir" et vous serez les premiers informés.