Bandeau
Nivillac Cap Avenir
Cap sur 2020

Site associatif de soutien des élus de la liste "Nivillac Nouveau Cap". Espace qui permet de rendre compte de leurs expériences dans la vie de la commune et de promouvoir de nouvelles idées.

BÂTIMENTS À VENDRE !
Article mis en ligne le 23 juillet 2014
dernière modification le 6 novembre 2014

par Groupe NNC
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Lors de la campagne des municipales, nous avions clairement affiché notre opposition à la vente du bâtiment actuel de la mairie. Le sujet est très vite venu à l’ordre du jour du conseil municipal. Le surendettement de la commune devient une réalité pour tous, malgré les paroles rassurantes de la liste majoritaire pendant la campagne. Il faut donc trouver des solutions d’urgence, parmi lesquelles figure la vente des "bijoux de famille".

Lors de la dernière commission Voierie et bâtiments, les élus ont visité les multiples bâtiments qui pourraient être vendus, dont la mairie et le presbytère. A l’issue de cette réunion, Marie-Noëlle Gérard-Knight et Nicolas Chesnin, devant l’empressement de certains, ont précisé qu’il était nécessaire d’avoir une idée globale du parc immobilier et de sa valeur réelle avant toute décision et demandé qu’un tableau comparatif soit établi dans ce sens.

Notre idée est en effet de ne pas se précipiter vers une vente qu’on pourrait regretter plus tard, pour au moins deux raisons :

- Patrimoniale : le bâtiment, ancienne école publique, construit en 1854, est le dernier élément patrimonial municipal, avec le presbytère. Sa belle façade avec ses appareillages réguliers en granit, typiques du 19e siècle, a belle allure. Le bâtiment a par ailleurs été toujours bien entretenu. Dans deux cents ans (par exemple), nous ne sommes pas certains que la nouvelle mairie sera classée comme patrimoine remarquable alors que l’actuelle le sera certainement.

- Utilisation : malgré les nombreux équipements communaux, des besoins existent encore. Il n’est évidemment plus question de construire avant longtemps, du fait de l’état de nos finances. Par contre, il semble possible de restructurer à moindre frais une partie de ces bâtiments pour répondre à ces besoins (Maison des associations, local pour les jeunes...).
Seul un document analytique complet pourra nous permettre de prendre des décisions nous engageant pour l’avenir.

Malgré tout, à l’ordre du jour de la réunion de conseil municipal du 7 juillet figurait le "Devenir du bâtiment communal de l’actuelle mairie et des ses dépendances", avec une estimation des Domaines de 290 000 €. On voyait donc venir le passage en force de la liste majoritaire.

Marie-Noëlle s’est d’emblée étonnée que ce sujet soit déjà à l’ordre du jour alors que le document de travail demandé, sur lequel tout le monde semblait d’accord en commission, n’avait pas été produit. Le manque de délai suffisant a été la réponse de la majorité.

L’auteur de cet article a ensuite assez longuement argumenté en faveur de la conservation du bâtiment. Nous avons ajouté que la commission Finances ne s’étant pas encore réunie et que ce sujet figurant au chapitre Finances, la moindre des choses serait d’avoir également un tableau de bord de la situation financière avant toute décision. Guy David a précisé que Mme De Vettor, comptable des finances publiques, devrait pouvoir nous présenter cet état des lieux avant la fin de l’année (rappelons que si notre liste avait gagné, nous aurions fait faire un audit qui paraissait bien indispensable).
Devant nos arguments et la discussion qui a suivi, le maire a préféré reporter la question à la rentrée (septembre ou octobre ?).
On le voit, ce sujet a été l’occasion de préciser d’autres points, notamment au niveau des finances. Le maire nous a d’ailleurs appris qu’il était convoqué le lendemain par le Préfet pour faire un point sur les finances communales, et les solutions qu’il envisageait pour remédier à la situation. Nul doute que nos élus auraient bien aimé arriver à la Préfecture avec quelques "billes" dans leur panier, comme la décision du conseil de vendre le bâtiment mairie ! On voit que, maintenant que la campagne est passée, notre endettement préoccupe les plus hautes instances. Peut-être aussi nos arguments de campagnes et articles de presse ne sont-ils pas tombés dans l’oreille d’un sourd

Lors du même conseil, nous avons souligné que le presbytère, du fait de ses surfaces et du grand terrain adjacent, aurait pu très bien être réhabilité pour en faire la nouvelle mairie, quitte à envisager un extension contemporaine comme nos architectes savent très bien le faire maintenant (ex : Le Vieux couvent à Muzillac, la mairie de Billiers etc...). Mais non, cette idée n’a visiblement pas effleuré l’esprit de l’ancien conseil, tant il paraît nécessaire chez nous de faire du neuf et surtout du visible ! Comme on nous l’a rétorqué "On ne va pas revenir en arrière, ce qui est fait est fait !".

Nous avons également objecté que s’il fallait se débarrasser de biens en priorité, ce pourraient être ces fameuses réserves foncières (estimées, il faut le rappeler, à 2,8 millions d’euros par l’ancien maire…), d’autant qu’avec l’application du Scot, une partie ne sera plus constructible.

Il faut préciser cependant que nous n’avons rien contre la vente d’autres biens, comme l’Agence Postale, la salle du Dr Picaud, les appartements en location (lorsque les baux seront échus) etc… Nous sommes en effet à la tête d’un impressionnant patrimoine immobilier. Mais comme on le sait, à Nivillac, on n’a jamais regardé à la dépense !

Nous ne manquerons pas de revenir sur ce dossier "brûlant" très rapidement.

Article Ouest-France


Forum
Répondre à cet article

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.59
En 2018, nous avons toujours besoin de vos dons. Adhérez à l’association "Nivillac Cap Avenir" et vous serez les premiers informés.